Roger Tallon

1 billet

Articles liés à + Roger Tallon +



Roger Tallon

Après des études d’ingénieur (1944-1950), il sera employé par Caterpillar-France et Dupont de Nemours. En 1953, il intègre Technès, le bureau d’études techniques et d’esthétique fondé en 1949 par Jacques Viénot, le père de l’esthétique industrielle, et Jean Parthenay. Rapidement promu au poste de directeur technique et artistique de l’agence, il en deviendra même directeur à la mort de Jacques Viénot en 1959. Enseignant dès 1957 à l’École des arts appliqués de Paris, il met en place le premier cours de design en France. En 1963, il crée le département design de l’École nationale supérieure des arts décoratifs à Paris. Parmi les centaines de produits dont Roger Tallon et son équipe sont auteurs, citons des robots ménagers pour Peugeot, la Caméra Sem « Veronic » 8 mm sans objectif apparent, les tours Gallic 16 et 14 pour l’entreprise belge La Mondiale - une vraie révolution dans la machine-outil -, des tracteurs d’aéroports, des chariots élévateurs pour Fenwick, l’image graphique de Fenwick-Aviation, un projecteur de diapositives pour Kodak… Consultant de la filiale Frigidaire de General Motors-États-Unis, Tallon dessine des réfrigérateurs et des machines à laver et crée le département design de l’entreprise américaine. En 1966, le téléviseur portable Téléavia P111 est mis sur le marché contre l’avis de la direction de l’entreprise. Ce sera un bouleversement de l’architecture du téléviseur et un gros succès commercial : le Téléavia est un objet « culte ». Un tel succès (le nom de Roger Tallon est même connu du public) remplit son carnet de commandes : arts de la table, mobilier, aménagement intérieur, lampes à réflecteurs pour l’allemand Erco, chaussures de ski pour Salomon, brosse à dents pour Fluocaril, bidons d’huile pour Elf... Sans en être conscients, nous sommes tous entourés d’objets créés par Roger Tallon ou inspirés par ses créations. Proche du monde des arts, Tallon travaille aussi avec Yves Klein, César, Arman, et sera contacté par Catherine Millet, fondatrice de la revue art press, pour en créer la maquette (qui n’a à ce jour quasiment pas changé). En 1973, il fonde l’agence Design Programmes. Solidaire du combat des ouvriers de l’horloger Lip, il crée la gamme de montres et chronomètres Mach 2000. Avec Jean-Charles de Castelbajac, il conceptualise un projet de cabine pour Air France en 1974. Dans le domaine des transports, il s’attaque au métro de Mexico et pour Alstom et la SNCF, aux voiture Corail et au TGV. Ergonomie, couleurs, éclairages - et jusque aux cartes ferroviaires que l’on trouve dans chaque rame. Avec le couturier Michel Schreiber, il dessine les nouveaux uniformes des contrôleurs. Roger Tallon est véritablement le designer d’une SNCF modernisée, prête à sortir des années 1950-1960. En 1985, le Ministère de la Culture lui attribue le Grand Prix national de la création industrielle. En 1992, il reçoit, des mains du président de la SNCF, les insignes de commandeur des Arts et des Lettres. Le projet TGV Atlantique démarre en 1986, Eurostar en 1987. Un nouveau funiculaire signé Tallon gravit la colline de Montmartre en 1991. En 1994, après diverses fusions, Roger Tallon et sa société ADSA intègrent Euro RSCG design. Il s’y occupera des programmes des TGV texan et canadien, du TGV à deux niveaux pour la France, le projet du métro parisien Météor, le VAL 208 pour Matra, la nouvelle identité des chemins de fer finlandais... Aujourd’hui, Roger Tallon a quitté Euro RSCG et continue sa profession de designer, hors de toute structure. Actuellement, il travaille sur Le curseur, 2009-2013. Travail in situ – pour le tramway de Tours. Travail réalisé à l’initiative de l’agence RCP Design Global avec le collectif « ensemble(s) la ligne » créé avec, entre-autres, Louis Dandrel et Daniel Buren1. Rames en forme de curseur avec "effet miroir" cernées de bandes noires et blanches.2,3



Roger Tallon

Montre DARK EMPIRE / Roger Tallon